Catégories
Base de connaissances Entraînement FIT for LIFE

Que signifie « Entraînement Fonctionnel » dans les sports d’endurance ?

Après le triomphe du « Functional Training » dans le milieu du fitness, le terme est revenu sur le devant de la scène, notamment suite à la pandémie. Mais que signifie « entraînement fonctionnel » – et que peuvent en apprendre les sportifs d’endurance ?

CrossFit, Power-Yoga, Freeletics ou même Functional Training : l’industrie du fitness est constamment à la recherche de nouvelles formes d’entraînement et de nouveaux mots pour maintenir la clientèle en haleine. Toutes les offres d’entraînement mentionnées ont en commun le fait que leurs noms sont protégés et qu’elles imposent un programme défini. Les fournisseurs de telles formes d’entraînement paient des frais de licence aux détenteurs des droits.

Le « Functional Training » est également un nom protégé, du moins lorsqu’il est proposé dans un centre de fitness. Il désigne une forme d’entraînement pluridisciplinaire qui se caractérise par des séquences de mouvements complexes sollicitant simultanément plusieurs articulations et groupes de muscles.

L’entraînement fonctionnel, quant à lui, n’est pas un terme protégé, mais une façon de penser qui, dans le cadre de la pandémie et du Home-Fitness, est revenue sur le devant de la scène auprès des sportifs et des coachs. Là, cependant, sous les facettes les plus diverses et non avec des définitions prédéfinies.

Que signifie « fonctionnel » ?

L’entraînement fonctionnel ne signifie rien d’autre que le fait que les sportifs orientent leur entraînement spécifiquement sur leur discipline sportive et qu’ils font principalement des choses qui les font progresser dans cette même discipline. Traduit de manière très banale, fonctionnel signifie tout simplement orienté vers un but. Un cycliste fait du vélo ou renforce et étire des groupes de muscles dont il a besoin pour faire du vélo, un nageur et un coureur également. Un sprinter entraîne sa force rapide, son explosivité et sa technique, un marathonien son endurance, les muscles de ses pieds et ses longs jogs. Bien que le marathon nécessite un système cardio-vasculaire performant, l’idée de l’entraîner exclusivement sur le vélo avant une compétition ne viendrait à l’esprit de personne. L’appareil locomoteur a besoin d’un entraînement spécifique dans le sport cible.

Cette notion très à la mode est sans doute revenue sur le devant de la scène des prestataires d’entraînement, notamment en raison d’une omission. En effet, dans le cadre du boom des sports d’endurance et de l’individualisation simultanée, de nombreux sportifs pratiquent des activités de manière unilatérale. Certes, la plupart d’entre eux aiment courir, nager ou faire du vélo en mode continu et entraînent ainsi leur système cardiovasculaire, mais les autres facteurs de condition physique tels que la force, la souplesse, la coordination et même la vitesse sont souvent négligées. Toutes choses qui étaient autrefois intégrées dans un entraînement polyvalent par des coachs au sein des clubs, mais que les sportifs individuels ne pratiquent guère seuls.

Quand un exercice est-il fonctionnel ?

Mais c’est souvent trop réducteur. En effet, dans le sport de masse notamment, l’objectif premier ne devrait pas forcément être un nouveau meilleur temps, mais la promotion d’une polyvalence qui constitue le fondement d’une bonne performance et qui, en même temps, assure à long terme une vie en mouvement avec le moins de douleurs possible.

Fonctionnel peut donc tout simplement signifier que l’on pratique des formes de mouvement adaptées à la vie quotidienne et aux exigences individuelles. Un entraînement fonctionnel pour la prévention des chutes chez les personnes âgées, un entraînement fonctionnel pour un lanceur de javelot ou un entraînement fonctionnel pour une marathonienne sont des choses complètement différentes. Et un artisan doit peut-être entretenir spécifiquement la musculature de son tronc et de son dos, tandis qu’un employé de bureau doit activer son système cardiovasculaire pour pouvoir résister aux sollicitations du quotidien et rester en bonne santé.

La polyvalence est essentielle

Appliqué au sport amateur, l’entraînement fonctionnel met l’accent sur les modèles de mouvements fondamentaux de l’être humain. Ceux-ci ne sont pas nouveaux, mais ils se sont perdus au fil des années et plus le temps passe, plus ils doivent être réactivés et entretenus de manière spécifique. Rouler, ramper, s’appuyer, tirer, pousser, sauter, se pencher, soulever, se suspendre, s’accroupir, se lever ainsi que les mouvements de rotation – ce sont toutes des formes de mouvement qui caractérisent l’être humain ou qui l’ont marqué lorsqu’il était enfant.

Les personnes qui bougent à nouveau plus souvent comme un enfant sur une aire de jeux (quand avez-vous fait pour la dernière fois une culbute ou un poirier ?) ou qui effectuent les exercices prescrits sur un parcours Vita effectuent automatiquement un entraînement fonctionnel à bien des égards. Car il ou elle fait des choses qui ont été oubliées.

Travailler sur les points faibles

Les sportifs amateurs ambitieux s’intéressent bien sûr surtout aux exercices qui leur permettent de progresser dans leur sport et/ou de gagner en vitesse. Les coureurs devraient donc renforcer la musculature de leurs pieds et de leur tronc, les fondeurs améliorer la mobilité de leur tronc et de leurs épaules et les cyclistes étirer les muscles postérieurs de leurs cuisses et renforcer les muscles du dos, de la nuque et des épaules. Et cela avant que quelque chose ne commence à faire mal.

Le mot magique n’est pas l’entraînement fonctionnel, mais la polyvalence. Ce qui est trompeur, c’est qu’un entraînement continu pendant un certain temps dans une discipline sportive permet automatiquement d’obtenir de meilleures performances, et que la polyvalence joue surtout son rôle en arrière-plan, comme prévention des blessures, et ne permet que partiellement d’améliorer les performances.

Et malheureusement, la pratique d’un sport ne favorise pas automatiquement toutes les articulations, tous les muscles et tous les tendons impliqués lorsque ceux-ci sont sollicités. C’est particulièrement vrai pour les coureurs. La capacité de charge doit d’abord être rendue possible par un entraînement bien conçu et justement « fonctionnel ». Les sportifs amateurs devraient donc réfléchir, dans leur activité physique quotidienne, non seulement à ce qu’ils aiment faire, mais aussi et surtout à ce qu’ils négligent, mais qui serait en fait bon pour leur sport et leur santé.

Dans ce sens, voici une invitation personnelle à vous, chère lectrice, cher lecteur. Au cours des deux prochains mois, remplacez l’un de vos entraînements hebdomadaires par un programme de musculation, de coordination et de gymnastique varié et de même durée que votre entraînement d’endurance habituel. Et si vous trouvez que c’est trop, des exercices de renforcement peuvent parfaitement être intégrés dans une séance d’endurance au printemps, avec un entraînement sur le parcours Vita ou quelques exercices spécifiques (ABC de la course, renforcement des pieds, marcher pieds nus sur la piste finlandaise) avant, pendant ou après la course d’entraînement. Bien entendu, une offre de groupe correspondante dans un centre de fitness convient également très bien si vous ne souhaitez pas y penser vous-même.

Au printemps, le timing est important, car l’expérience montre que de nombreux sportifs d’endurance augmentent assez rapidement leur volume d’entraînement au pic printanier. Et plus l’augmentation du volume est importante, plus il convient d’intégrer des mesures d’accompagnement. Alors, tenez vos résolutions pendant deux mois et faites ensuite le bilan de l’impact de ce changement sur votre état de santé. On peut parier que les aspects positifs l’emporteront ?

 

Texte de FITforLIFE – cet article de blog a été mis à notre disposition par le magazine suisse FIT for LIFE. Si tu souhaites lire régulièrement des articles de connaissance informatifs dans le domaine de la course à pied et des sports d’endurance, clique ici.

 

Si tu souhaites ajouter l’entraînement fonctionnel à ton programme d’entraînement mais que tu n’es pas sûr de l’impact qu’il doit avoir sur ton entraînement principal, 2PEAK possède des fonctions multisports qui te permettent de prendre en compte la récupération et tout ce qu’il faut pour intégrer correctement l’entraînement fonctionnel à ton programme.