Catégories
2Peak Base de connaissances

En quoi le « taping » peut-il être bénéfique ?

Les bandes sont un bon complément aux autres thérapies. Que ce soit pour soulager la douleur, pour améliorer les modèles de mouvement ou pour la relaxation musculaire.

En 2010, lorsque le footballeur italien Mario Balotelli a déchiré son maillot après avoir marqué en demi-finale, de nombreux spectateurs ont regardé les trois bandes turquoises dans son dos et se sont demandé : « C’est quoi, ça ? »

Onze ans plus tard, il est difficile d’imaginer traiter les athlètes sans les bandes. Elles ne constituent pas un remède miraculeux contre la douleur – mais elles apportent souvent une aide surprenante à l’entraînement. Malheureusement, ces « pièces du puzzle » sont souvent insuffisantes dans le programme de traitement global.

Améliorer les modèles de mouvement

Au départ, les bandes adhésives colorées mises au point par le Japonais Kenzo Kaze en 1979 étaient considérées comme de purs placebos. Entre-temps, cependant, certaines études – bien que de faible envergure – ont montré que, par exemple, la force musculaire peut augmenter pendant le taping et que ce dernier améliore la conscience du corps.

Le cerveau perçoit généralement mieux ce qui se passe dans les zones sensibles, comme le bout des doigts, que dans d’autres zones du corps, comme le dos. Le taping améliore la conscience du corps pour les zones où les bandes sont collées. Elles y dirigent davantage l’attention, le “networking » avec le cerveau s’améliore et cela conduit à un meilleur contrôle des séquences de mouvements.

Par conséquent, les athlètes peu entraînés ou les personnes ayant un mauvais contrôle du corps bénéficient souvent davantage du taping que les athlètes de compétition. Chez les personnes peu entraînées, les muscles ne sont pas aussi bien « contrôlés » par le cerveau. Le taping adhésif fournit alors des informations supplémentaires au cerveau.

Souvent utile pour les déchirures ligamentaires

Un autre domaine d’application est celui des blessures aiguës telles que le traumatisme en supination (torsion) de la cheville. Comme pour tout traumatisme, cela aggrave le contrôle de la position. Dans ce cas, le taping peut également aider à retrouver la « conscience » de la position de l’articulation. Le taping est souvent utile même après une déchirure ligamentaire.

En outre, le gonflement et les ecchymoses après un traumatisme en supination disparaissent beaucoup plus rapidement grâce à un bandage lymphatique. En général, les articulations à haut degré de liberté, comme l’épaule et le genou, qui sont principalement stabilisées par des muscles et des tendons, bénéficient davantage du taping.

Un bon complément thérapeutique pour la « jambe du coureur »

Les lésions de surmenage telles que la « jambe de coureur » ou le « genou de sauteur » répondent souvent bien aux bandes adhésives. Les bandes avec le film adhésif appliqué en forme de vague peuvent réduire la douleur et le temps de récupération.

Diverses études ont également montré une augmentation de la force, de la vitesse, de la puissance et un raccourcissement de la récupération après un entraînement en anaérobie. Les bandes stimulent les récepteurs cutanés et, grâce à eux, un plus grand nombre d’unités motrices sont probablement recrutées dans le muscle.

Toutefois, il ne faut pas non plus sous-estimer leur effet placebo – mais pourquoi ne pas en profiter ?

Conseils :

  • Il est préférable qu’un professionnel applique la bande la première fois et vous explique le système. Prenez des photos. Elles vous seront utiles lorsque vous voudrez appliquer la bande vous-même.
  • Achetez des bandes de bonne qualité, la colle durera plus longtemps. D’ailleurs, les fabricants de bonnes bandes donnent souvent de bonnes instructions sur la façon de procéder. Déterminez la meilleure méthode de taping pour votre problème.
  • Si vous voulez détendre un muscle, la bande suit le parcours du muscle, de son origine à sa base. Si vous voulez resserrer le muscle, appliquez-le dans l’autre sens. Une autre variante consiste à appliquer la bande adhésive du point fixe du muscle au point mobile.
  • De nos jours, le taping « fonctionnel » est également souvent utilisé. Cela signifie qu’une combinaison de muscles est bandée en mouvement (par exemple, en rotation interne ou externe). Dans ce cas, lorsque vous effectuez le taping, vous faites le mouvement qui est impliqué.
  • Lors de la pose d’une bande sur un tendon, il est recommandé d’appliquer également une bande en travers du tendon pour le soulager.
  • La question de savoir si la couleur joue un rôle important est discutable. Le noir se réchauffe au soleil et réchauffe donc le muscle en dessous, ce qui est souvent agréable. Les couleurs « froides » comme le bleu sont souvent utilisées pour soulager la douleur. Les couleurs « chaudes » ont tendance à augmenter le tonus musculaire.
  • Le degré d’étirement des bandes lors de leur application dépend de l’objet à tapoter. Pour améliorer le drainage lymphatique afin qu’un bleu disparaisse plus rapidement, vous devez étirer la bande d’environ 1,5 fois sa longueur lorsque vous l’appliquez. (Par exemple, coupez dix centimètres (cm) du rouleau de bande si vous voulez scotcher une section de 15 cm plus tard). En outre, pour le lymphoplastie, vous devez couper la bande en fines lamelles de manière à former ce que l’on appelle une pieuvre – ou vous pouvez acheter des bandes lymphatiques prédécoupées.
  • Lors de la pose d’un muscle, la bande est étirée de dix pour cent (jusqu’à un maximum de 20 %). Par exemple, si vous avez besoin d’un morceau de onze centimètres (cm) de long, vous coupez dix centimètres du rouleau de bande.
  • Si vous arrondissez les quatre coins avec les ciseaux, la bande adhésive durera plus longtemps, car aucun coin ne pourra s’accrocher aux vêtements.
  • Dégraissez la peau très grasse avant d’appliquer le taping, par exemple avec un désinfectant.
  • La bande est appliquée sur une peau sèche avec une tension uniforme. Les deux extrémités doivent être appliquées sans tension pour éviter que l’adhésif n’irrite la peau. La plupart des prétendues allergies aux bandes adhésives sont en fait des irritations cutanées dues à une mauvaise technique d’application.
  • Après l’application, il faut environ 30 minutes pour que la bande adhère à la peau. L’étalement de la bande du centre vers l’extérieur améliore l’adhésion. Après l’échauffement, vous pouvez tout faire avec la bande : douche, natation, vélo et course à pied. Après la douche, séchez toujours la bande en la tapotant, sans la frotter.
  • Les bandes imperméables sont parfois très rigides. Les bandes normales sont généralement suffisantes. Elles tiennent même dans l’eau. En cas de forte transpiration, les bandes perforées sont recommandées, car elles durent plus longtemps.
  • La bande peut être laissée en place pendant trois à sept jours. Cependant, elle perd de son élasticité au fil des jours.
  • Le taping n’est jamais qu’un complément qui peut être combiné avec un traitement aigu, un traitement manuel ou des massages. Et le taping seul ne fera pas guérir une blessure. Il s’agit d’une pièce du puzzle de la thérapie, mais qui est souvent négligée. Ne comptez donc pas uniquement sur le taping !
  • Ne vous faites pas appliquer du taping immédiatement avant une compétition, mais plutôt deux à trois heures avant.
  • N’appliquez pas une bande adhésive sur des affections cutanées aiguës ou des blessures ouvertes.
  • Les personnes souffrant d’une véritable allergie aux bandes doivent cesser de les utiliser.

 

Auteur :
Dr. méd. Hardy Hartmut Hüttemann, chef du centre médical sportif Medbase de Bâle Heuwaage, spécialiste en médecine physique et réadaptation, médecine du sport SEMS/ médecine manuelle SAMM, thérapie interventionnelle de la douleur SSIPM, médecine de haute altitude et de montagne SGGM.

 

Qui est Medbase ?

medbase logoMedbase est le plus grand réseau multidisciplinaire de médecine du sport en Suisse et offre des services spécialisés en médecine du sport pour les athlètes, les clubs et les fédérations sportives de tous niveaux d’activité dans les domaines de la médecine du sport, de la physiothérapie du sport, du diagnostic de performance et du conseil en entraînement.

https://www.medbase.ch/sport/