Catégories
Base de connaissances FIT for LIFE

Comment les athlètes interprètent les signaux de leur corps

S’entraîner dans la douleur fait partie de la vie de nombreux athlètes. Comment un athlète peut-il et doit-il reconnaître et évaluer la douleur ?

La douleur pendant l’entraînement

Les athlètes d’endurance connaissent bien cette douleur, celle qui survient lorsque leur pouls accélère au maximum pendant un entraînement par intervalles et que le lactate inonde tout le corps. Ou lorsque la dernière traction ou le dernier squat dans la salle de musculation ne peut être fait qu’avec un visage tendu et la bouche ouverte. Les sensations crient « arrête », l’esprit répond « continue », car endurer la douleur dans le sport est avantageux et améliore la forme. Les athlètes ambitieux ont besoin de persévérance pour réussir.

Mais dans la vie d’un athlète, il y a aussi la douleur, qui est un signal d’alarme nous indiquant que quelque chose ne va pas. « La douleur est importante et quelque chose de tout à fait normal », déclare Michael Wawroschek, médecin et directeur de med-athletics à Zurich. « Ce n’est qu’en la ressentant que nous avons même la possibilité de percevoir notre corps et de mieux le connaître ». Selon lui, il est crucial que l’athlète ne se contente pas d’ignorer la douleur, mais qu’il l’aborde directement et se pose des questions : « Où se situe exactement la douleur ? Est-ce qu’elle évolue ? Se renforce-t-elle, s’atténue-t-elle ? ».

La douleur comme signal d’alarme

Pour que le corps humain puisse catégoriser un stimulus, des récepteurs spécialisés détectent les signaux douloureux et transmettent l’information à la moelle épinière, où elle est traitée et envoyée au cerveau. Les récepteurs de la douleur sont répartis dans tout le corps. Les récepteurs sont des neurones qui s’étendent dans les tissus respectifs, comme la peau, où ils captent les signaux mécaniques, thermiques ou chimiques de l’environnement.

Dans le cas de réflexes de protection, comme le fait de retirer la main d’une plaque brûlante, le corps réagit automatiquement et sans classer consciemment la douleur. Ce n’est que lorsqu’elle atteint le cerveau que la douleur est consciemment perçue, évaluée et traitée en vue des processus d’apprentissage. Le degré de perception de la douleur est extrêmement individuel. Certaines personnes réagissent de manière excessive et paniquent, d’autres sont hésitantes, d’autres encore la suppriment. Et pour d’autres, elle les motive, voire les rend euphoriques. Les sportifs ambitieux ont généralement une plus grande tolérance à la douleur que les non-sportifs. En même temps, la douleur est un signal d’alarme qui indique que quelque chose est déséquilibré. Sans douleur, nous surchargerions constamment notre corps.

Dans la vie quotidienne, le bon sens nous indique comment gérer la douleur. Nous savons comment la classer et la soulager lorsque nous avons un coup de soleil, que nous nous cognons le genou ou que quelqu’un nous marche sur le pied. Cela devient plus difficile lorsque la sensation de douleur s’accompagne de peurs existentielles, comme après une crise cardiaque ou un terrible diagnostic de maladie. Les jeunes enfants n’ont pas encore de « compréhension de la douleur » ; pour dire les choses crûment, ils ont peur de mourir de n’importe quelle douleur.

Le sport comme antidouleur

Le médecin sportif Wawroschek pense que les gens réagissent généralement de manière trop agressive face à la douleur dans le sport. « Beaucoup évitent de faire du sport dès que l’on a mal. Mais c’est souvent une erreur, car la plupart des gens ont des douleurs parce qu’ils ne bougent pas. C’est donc plutôt l’inverse : le sport et l’exercice peuvent souvent éliminer la gêne ».

Par conséquent, l’exercice est parfois un antidouleur. Pourtant, gérer la douleur pendant l’exercice n’est pas facile. Certains athlètes la recherchent, en programmant régulièrement un massage difficile et douloureux, par exemple, parce qu’ils savent qu’ils se sentiront mieux après. Ce type de douleur peut donc être très utile. Il en va de même pour la musculation : sans douleur, il ne se passera pas grand-chose, car seule une charge qui fait mal entraîne la croissance du muscle. « On peut et on doit souffrir consciemment de cette douleur, dit Michael Wawroschek, il suffit de la subir ».

Arrêt avec une douleur aiguë

Mais comment un athlète peut-il savoir à quel point la douleur est tolérable et quand elle devient dangereuse ? Michael Wawroschek distingue trois types de localisation de la douleur : « la douleur musculaire, la douleur tendineuse et la douleur articulaire ». Lorsqu’il s’agit d’interpréter une douleur musculaire, dit-il, tout le monde se trompe généralement : patient, médecin, entraîneur. « Les douleurs musculaires sont souvent sous-estimées dans leur ampleur et mal diagnostiquées ». C’est pourquoi « chaque athlète devrait prendre au sérieux les douleurs musculaires et les faire examiner par un médecin ». À moins qu’il ne s’agisse d’une douleur musculaire inoffensive. Toute douleur vive est particulièrement dangereuse, dit-il. Selon Wawroschek, « une fibre musculaire déchirée ressemble à un coup de couteau, auquel cas il faut arrêter immédiatement l’exercice ». Le corps fait cette action automatiquement la plupart du temps. Cependant, ce réflexe est souvent bloqué par l’adrénaline en compétition et n’apparaît pas.

Un bon signe est lorsqu’une douleur améliore. Les athlètes ont souvent du mal à se mettre en route. Si la gêne diminue au cours de l’entraînement, on peut continuer en toute confiance. À l’inverse, si la douleur revient pendant l’exercice ou devient de plus en plus intense, il faut arrêter l’effort.

Attention aux médicaments

De nombreuses blessures dans les sports d’endurance sont des douleurs typiques du surmenage. Ces douleurs inflammatoires – si elles se produisent localement, comme dans le cas du genou du coureur ou de l’inflammation du périoste – ne nuisent généralement pas à l’organisme. Et fondamentalement, toute guérison implique une inflammation. La difficulté avec l’inflammation est de trouver le bon équilibre entre le stress et le soulagement. Il est utile de passer temporairement à d’autres sports afin de ne pas irriter davantage la zone enflammée. Si la douleur continue néanmoins à augmenter, vous devez consulter un médecin. Si la douleur a disparu le lendemain d’une séance d’entraînement, vous pouvez continuer à vous entraîner de manière modérée.

Un médecin doit décider quand une blessure doit être traitée par des médicaments. En général, les médicaments doivent être utilisés le moins possible pendant l’entraînement. « Se présenter à une compétition avec des douleurs n’est jamais une bonne idée », affirme Michael Wawroschek. Celui qui ne peut s’entraîner qu’avec des analgésiques à long terme risque d’endommager l’estomac et les intestins. En outre, la sensation corporelle est perdue.

Il existe une exception : En cas de douleurs arthritiques dans les articulations, le mouvement est plus efficace et bénéfique que l’immobilisation et le repos. Dans ce cas, les analgésiques peuvent être indiqués pour rendre le mouvement à nouveau possible. Même si les athlètes préféreraient subjectivement éviter la douleur, ils y sont tous confrontés à un moment ou à un autre. Ou comme le dit Michael Wawroschek, « La douleur fait partie de la vie et être capable de la combattre est une sensation agréable ».

Quand faut-il s’arrêter ?

La prise de conscience du corps est essentielle pour évaluer correctement la douleur, surtout sous l’influence de la compétition. Voici comment procéder :

  • Différencier : La douleur est-elle plus atténuée ou plus aiguë ? Si elle ressemble à un coup de couteau, l’entraînement doit être arrêté immédiatement.
  • Classifier : Une approche courante pour classer la douleur consiste à la noter sur une échelle de 1 à 10. Si la note est supérieure à 5, l’entraînement doit être arrêté.
  • Observer : Si une douleur survient au début d’une activité et disparaît ensuite, c’est un signe positif. En revanche, si elle devient de plus en plus forte, la séance de sport doit être annulée. De même, si la zone douloureuse gonfle, c’est qu’il y a une blessure mécanique et une pause est également obligatoire.

Cet Article de Blog a été mis à notre disposition par Fit for Life. Fit for Life est le magazine suisse du fitness, de la course à pied et des sports d’endurance. Vous souhaitez lire régulièrement de tels articles ? Alors Cliquez ici.

fit for life logo